Présentation du projet

Notre projet est pensé pour assurer la qualité de vie et l’épanouissement de ceux qui vivent et travaillent sur le Campus. Avec le haut niveau de l’enseignement et l’excellence de la recherche, le confort d’usage renforcera l’attractivité de Luminy et le rayonnement national et international de d’AMU.

Le nouvel HEXAGONE

LE LEARNING CENTER, NOUVEAU CŒUR DU CAMPUS

Ce bâtiment à la forme emblématique devient le véritable lieu de sociabilité et d’échanges du Campus : animé en permanence, il favorise le dialogue interdisciplinaire entre les chercheurs, les enseignants, le personnel administratif et les étudiants. Résolument ouvert sur l’extérieur, accueillant des conférences, des expositions et des séminaires, sa renommée s’étend bien au-delà de Luminy.

Au 1er étage de l’Hexagone, la bibliothèque universitaire à 360° : les utilisateurs en apprécieront la sérénité, les espaces de convivialité, la possibilité de travailler en équipe, en bénéficiant du confort de la fibre optique. Entre deux séances de travail, chacun peut faire une pause sur les terrasses créées en périphérie.

Le learning center est ouvert sur le grand paysage, en lien étroit avec son environnement : lumière naturelle, harmonie avec la topographie du site, façades dialoguant avec les roches calcaires des Calanques. La création d’une deuxième entrée invite les visiteurs à le traverser naturellement, et pourquoi pas, à s’y attarder un moment.

Par nature, pensé pour tous les publics.

Remy Marciano

DES MODES DE VIE ET DE TRAVAIL REINVENTES

Le choix de privilégier l’usage, le bien-être, l’appropriation du bâtiment par tous les publics se traduit par une totale autonomie des services. Des espaces indépendants sont ouverts 24h/24 pour les étudiants, les associations. Chacun bénéficie de son espace, à son rythme.

Les zones de convivialité de l’Hexagone – patio, terrasse, gradins, parvis paysager, café, auditorium, etc. – permettent aux différents utilisateurs de se sentir « chez soi » et de bénéficier des meilleures conditions d’accueil et de travail.

Le learning center est conçu pour les modes d’apprentissage et de de travail d’aujourd’hui mais également pour s’adapter aux évolutions pédagogiques des prochaines décennies. Ses aménagements permettent de multiples configurations aux formats variés : espaces individuels (« bubble work »), salles 2 à 4 personnes, etc.

LES EVOLUTIONS PEDAGOGIQUES ANTICIPEES

DES BATIMENTS 100% CONNECTES

En phase avec les nouveaux comportements et l’usage des outils numériques, les trois bâtiments (Hexagone, TPR1 et TPR2) sont 100 % connectés, offrant de multiples points d’accès. Pour anticiper les besoins croissants des futurs échanges (e-learning, MOOC) les sites sont équipés de la fibre très haute débit qui garantit sur le long terme une infrastructure numérique de haut niveau.

UN CONFORT THERMIQUE CONSTANT, ETE COMME HIVER

Basés sur une approche innovante du confort d’été, les bâtiments sont conçus dans une logique de confort sans climatisation. L’étude du confort thermique des utilisateurs repose sur la température ressentie ainsi que sur l’adaptation du corps humain aux conditions climatiques.

De simples brasseurs d’air, énergétiquement très sobre, sont déployés afin d’augmenter la sensation de confort. Une climatisation d’appoint est disponible pour écrêter tout pic de chaleur occasionnel.

Aurelien BROSSAUD

LES NOUVEAUX TPR1 et TPR2

Situées au cœur du cirque des Calanques les volumétries simples de TPR1et TPR2 gardent la trace de la composition magistrale du projet imaginé dans années 60 par l’architecte René Egger.

Avec le regroupement principalement des locaux d’enseignement dans le TPR1 et des laboratoires de recherche et de l’administration du campus dans TPR2, la reconfiguration des flux du campus devient une opportunité pour redonner vie et sens à l’axe des patios, Grand Hall et Hexagone.

Le parti architectural du projet est de prolonger le geste initial en conservant la force du minimalisme sculptural des volumes dans le grand paysage tout en soulignant leur ancrage au site et l’identité luminienne avec un vocabulaire architectural méditerranéen ; la « façade bio-active ».

S’il se lit depuis l’extérieur par une forme de mimétisme avec les reliefs environnants, le dialogue avec le paysage se révèle encore plus depuis l’intérieur des locaux où la façade épaisse dégage des cadrages exceptionnels sur le site, à la manière des loggias méditerranéennes.

Cette façade épaisse constituée de brises soleil blancs, formant ombrière, répond à la fois à des critères d’insertion paysagère, d’évolutivité, d’adaptabilité et de bio-climatisme passif, dans le cadre d’une approche prospective « pour aujourd’hui et demain

Francois Gillard